Sécurité : des inquiétudes justifiées

Protéger ses données en ligne et minimiser les risques

Penser à la sécurité

L’usage grandissant d’Internet accroît les risques en matière de sécurité. Il s’agit de prendre des mesures adaptées et de se protéger au moyen de configurations de sécurité.

Les cyberrisques ont tendance à augmenter. Et pourtant, beaucoup d’internautes adoptent des comportements peu précautionneux. Quelques applications simples suffisent déjà à se protéger contre le vol de données. Le cryptage end-to-end – devenu entre-temps standard – protège par exemple les textes des appareils mobiles. Le texte est codé au moment de l’envoi par l’expéditeur et décodé uniquement lorsqu’il est parvenu chez le récepteur. Des messagers comme Signal et Threema recourent de surcroît à un numéro d’identification anonyme (ID). Des programmes de cryptage comme pEp ou GnuPG protègent la sphère privée lors de l’envoi d’e-mails. La double authentification est de plus en plus prisée. Elle est très répandue dans l’e-banking. Après avoir entré le mot de passe, les services consultés demandent un code supplémentaire, toujours différent. Les utilisateurs le reçoivent par SMS sur leur smartphone pour une utilisation unique.

Prise de conscience accrue des risques

L’utilisation actuelle d’Internet est avant tout transparente. Tout un chacun laisse des traces, que ce soit sur les réseaux sociaux ou lors d’achats en ligne. Les effacer est très difficile, voire impossible. Whatsapp et Facebook enregistrent les messages et photos sur leurs propres serveurs. Les services Cloud, tels que Dropbox, sont très pratiques, mais inappropriés pour les données sensibles.

Chaque requête de recherche sur Google est évaluée à des fins d’optimisation. On ne sait pas vraiment quelles informations sont transmises à des tiers. Désormais, le Règlement général de l’UE sur la protection des données (RGPD) permet aux utilisateurs de demander plus facilement des renseignements sur les données personnelles enregistrées auprès des prestataires de services.

Droit d’être renseigné

  • En sachant quelles données personnelles sont enregistrées chez le prestataire, il devient alors possible de demander des corrections ou suppressions. Le Règlement général de l’UE sur la protection des données (RGPD) aide les utilisateurs dans ce but. Ces informations peuvent être demandées à Google dans le paramétrage du profil de Google Mail. D’autres prestataires peuvent être contactés par e-mail. On trouve des lettres-types via PFPDT.

Le bien de l’enfant

Il convient donc de réfléchir au préalable aux informations que l’on publie sur le net. Cela renforce la fonction de modèle. En effet, tant les enfants que les jeunes utilisent précocement Internet, et souvent sans accompagnement. Il incombe aux parents de les avertir et de les protéger contre l’abus de données, le sexting et contre la dépendance à Internet et aux jeux vidéo.  Certains filtres bloquent l’accès aux sites pornographiques et contenus violents. On peut les installer sur son ordinateur et même déjà souvent chez son fournisseur d’accès. Il est aussi possible d’activer ces filtres dans ses navigateurs web et systèmes d’exploitation, ou encore de configurer des installations de sécurité sur le compte d’utilisateur individuel des enfants.

Protection sur Internet

  • Le portail d’information sur Internet «Jeunes et médias» aide les parents à protéger les enfants dans leurs rapports avec Internet.

Protéger les accès

Les mots de passe protègent les données et services contre les accès non autorisés. Mais les avis divergent sur le degré de sécurité des mots de passe. Un mot de passe pour l’ensemble de ses comptes est une méthode obsolète. Il importe d’avoir des mots de passe différents pour chaque compte ou service.  Les gestionnaires de mots de passe offrent une protection efficace. Ils génèrent des mots de passe aléatoires et les enregistrent sur votre PC ou smartphone. Il est pratiquement impossible de les oublier. Il suffit d’apprendre par cœur le code d’accès du gestionnaire de mots de passe. 

Votre mot de passe a-t-il déjà été piraté?

Smart Home en vogue

Les solutions pour assurer la connectivité à la maison consistent en des systèmes plus ou moins fermés, ou alors il s’agit du standard ouvert KNX. Un grand nombre de ces systèmes peuvent être étendus à volonté avec des composants supplémentaires. Diverses configurations préinstallées peuvent être choisies et adaptées aux besoins individuels d’utilisation. Afin qu’aucune donnée d’utilisateur importante ne soit transmise au fabricant, il faut adapter le paramétrage des données des appareils reliés à Internet directement après la mise en service. Dans ce domaine également, la sensibilisation aux techniques digitales et intelligentes contribue à hausser la conscience des enjeux de sécurité.

Sécurité sur le smartphone

Le smartphone nous accompagne en permanence dans la vie quotidienne. Les conseils suivants augmentent la sécurité:

  • sécuriser votre smartphone avec un PIN ou un capteur d’empreinte digitale
  • programmer la mise en veille rapide de l’écran
  • programmer le mode veille sur tous les services
  • n’installer que des applications provenant de fournisseurs (Stores) officiels
  • télécharger les nouvelles versions des applications
  • attention aux droits d’accès des applications

La connectivité apporte une nouvelle qualité

Le choix entre liaison radio et liaison filaire est déterminant concernant l’ampleur des travaux d’installation

En savoir plus

Recevez les actualités et astuces dans votre boîte e-mail grâce à notre Newsletter.

Inscrivez-vous maintenant.

Trouvez un conseil personnalisé près de chez vous.

ou

Nous utilisons des cookies pour simplifier votre navigation sur notre site. En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ainsi que les dispositions de l'Association suisse d'achats électro aae société coopérative en matière de protection des données. Pour en savoir plus sur la protection des données et sur les cookies, nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité.

Accepter